Le conflit israélo-palestinien est un sujet sensible, difficilement abordable et compréhensible pour les non initiés. Et pour les néophytes (comme moi !) qui ont du mal à appréhender la politique et les religions, quoi de mieux pour en apprendre d’avantage que de passer par des moyens détournés. Le cinéma, quelque soit le genre, a commencé à aborder ce thème et un bon nombre d’excellents films le traite avec justesse et intelligence. Mais la BD a aussi son mot à dire. Moins connue mais toute aussi intéressante, elle s’approprie le conflit et nous offre des témoignages forts.
J’ai fait alors une sélection de 10 BD, issue de mes lectures personnelles, pour approcher ce conflit complexe grâce à des petites bulles et à des coups de crayon. Ces BD abordent le sujet de manière très différente mais elles ont toutes quelque chose à offrir.

1. Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) de Sarah Glidden, 2011, chez Steikis.

comment_comprendre_israel_60_jours

Comment comprendre Israël en 60 jour © Sarah Glidden / Steikis.

Je pense que le petit bébé de Sarah Glidden est parfait pour commencer cette liste. Dans cet album autobiographique, elle raconte son séjour avec le Taglit qui est un programme organisant des voyages en Israël pour les juifs. Persuadée que tout ne va être que propagande, elle arrive avec sa méfiance et ses préjugés. Pourtant, petit à petit, on la sent modérer ses propos et son voyage va devenir une vraie quête personnelle. Elle va partager avec nous ses questionnements et ses réflexions avec humour et sensibilité.

 

2. Palestine de Joe Sacco, 1996, chez Vertige Graphic.

palestine_journal_evasion

Palestine © Joe Sacco / Vertige Graphic

C’est surement le premier témoignage sur le conflit qui utilise le 9ème art, à ma connaissance. Avec cet album, on est face à un véritable travail journalistique, il accumule les témoignages et on sent un énorme boulot de recherches. Sacco fait une vrai immersion chez ces familles oubliées qui vivent la violence, la peur et le deuil au quotidien et dont personne ne parle. Il dénonce les agressions injustifiées que subissent les palestiniens à travers une mise en page intéressante et presque déstructurée. Les planches sont comblées, fourmillant de détails et de textes. Il ne nous laisse aucun répit dans cette jungle où aller en prison devient habituel et où l’armée est synonyme d’insécurité.

[A voir aussi du même auteur: Gaza 1956: En marge de l’Histoire, 2010, chez Futuropolis.]

 

3. Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle, 2011, chez Delcourt. ♥

chroniques_jerusalem

Chroniques de Jerusalem © Guy Delisle / Delcourt.

Après Joe Sacco, j’ai tout de suite pensé à enchaîner sur les chroniques de Delisle. On reste dans le témoignage personnel mais en changeant complètement de registre. On est bien loin d’un vrai travail de journaliste et l’album garde une certaine fraicheur qui aura tendance à nous faire sourire plus d’une fois. On découvre la ville à travers son regard candide et curieux qui s’interroge beaucoup sur la situation. Mais il est avant tout un mari et un père de famille qui se retrouve à Jérusalem, un peu malgré lui, et qui va retranscrire son quotidien dans un contexte particulier. Guy Delisle est un auteur que j’estime beaucoup, je lui ai d’ailleurs déjà consacré un billet.

 

4. Les chemins de traverse de Soulman et Maximilien Le Roy chez La boite à bulle.

chemin_de_traverse_journal_evasion

Les chemins de traverse © Soulman, Le Roy / La Boite à bulle.

Cet album est un témoignage fort sur la division des palestiniens et des israéliens mais aussi sur ces petits instants qui font espérer une union possible. Comme ces petits passages exigus qui relient deux rues, des chemins de traverse qui se crée entre deux peuples que tout sépare à travers le deuil et la détresse.

[A voir aussi du même auteur: Faire le mur, 2010, chez Casterman.]

 

5. KO à Tel Aviv de Asaf Hanuka, 2012, chez Steinkis. ♥

Likecoholic

KO à Tel Aviv 2 © Asaf Hanuka / Steikis.

Cet album regroupe les strips d’Asaf Hanuka. Il aborde son quotidien, ses questionnements et ses préoccupations liés à son statut d’homme, de dessinateur, de père mais aussi d’israélien. La force de cet auteur est de pouvoir aborder chacun de ses thèmes avec beaucoup d’honnêteté alternant la poésie, la réflexion et le cynique.

[A voir aussi du même auteur, la suite: KO à Tel Aviv 2.]

 

6. JuifsArabes de Farid Boudjellal, 2006, chez Futuropolis.

Juifsarabes

JuifArabes © Farid Boudjellal / Futuropolis.

Dans un style très différent, l’auteur met en scène deux familles, l’une juif, l’autre arabe, dont les patriarches débattent, avec plus ou moins de virulence, sur leurs situations. Il aborde les thèmes de religions, de politiques et de racisme avec humour et dérision. Tout le monde en prend pour son grade, même le prêtre qui vient mettre son grain de sel, représentant à son tour la communauté chrétienne. Ce recueil reprend les 4 tomes de Juifs-Arabes mais le trait d’union à sauté. Car dans ce livre, au final, il n’est pas question de séparation mais d’union, d’abord grâce au couple que forment les ainés des deux familles mais aussi et surtout grâce à la communication.

 

7. Exit Wound de Rutu Modan, 2007, chez Actes Sud.

exit_wound_journal_evasion

Exit Wound © Rutu Modan / Actes Sud.

J’ai eu un peu de mal à l’apprécier. Sur le coup, j’ai été dérangé par le graphisme lisse aux couleurs un peu trop prononcés et par le coup de crayon un peu naïf. A cause de cette réticence, j’ai eu du mal à accrocher à l’histoire. Mais avec du recul, j’ai repensé au scénario en lui même et à tout ce qu’il sous-entendait, des personnes très différentes dont le chemin se croise sous un fond d’un attentat et où l’on se centre surtout sur le ressentit des protagonistes. Exit Wound peint la société israélienne où la violence est devenue banalisée et malgré mon avis partagé, elle a tout à fait sa place dans cette liste.

 

8. Torture Blanche de Philippe Squarzoni, 2004, chez Les Requins Marteaux.

Squarzoni part en Mission pour la protection du peuple palestinien et c’est cette expérience qu’il partage avec nous. On ne peut pas le cacher, il a un parti-pris et s’exprime sur sa vision des choses de manière intelligente et claire.

bd_conflit_israel_palestine

9. Les Amandes Vertes de Delphine et Anaële Hermans, 2011, chez Warum.

Les Amandes Vertes est le petit bébé de deux sœurs qui est naît de leur correspondance, une en Palestine et l’autre en Belgique. Elles nous offrent donc un autre témoignage au centre de ce conflit sans aucun parti-pris.

 

10. L’intruse, La découverte de Roannie et Oko, 2008, chez Vertiges Graphic.

intruse_la_decouverte_journal_evasion

L’intruse © Roannie et Oko / Vertiges Graphic

L’intruse est le récit de Roannie, une militante qui part en Palestine. Elle va partir à la rencontre de ce conflit, prenant des photos et des notes, bien déterminer de faire connaître au monde la réalité du conflit. C’est finalement une rencontre fortuite avec le dessinateur Oko va permettre à cette saga de voir le jour sous forme de bande dessinée. Le tome 1 est beaucoup plus basé sur une description du contexte et de ce qu’elle voit comme une introduction aux tomes suivants qui vont aller plus en profondeur.

[A voir aussi des mêmes auteurs, la suite: Tome 2: Les palestiniens, peuple invisible ? (2008), Tome 3: Les israéliens (2010), Tome 4: Gaza, carnet de non voyage (2012).]

 

♥ : Mes grands coups de cœur.

A propos de l'auteur

4 Réponses

  1. Marie Kléber

    J’ai un peu de temps et je parcoure tes article Charly. Ils sont très intéressants.
    Je n’ai jamais particulièrement lu de BD mais je constate que c’est un bon moyen de faire passer des messages. Je crois que je vais jeter un coup d’oeil à bon nombre de ces ouvrages. C’est un conflit difficile à cerner et il semblerait que ces lectures nous aident à y voir un peu plus clair.
    Merci encore

    Répondre
    • Charly

      C’est vrai que les BD indépendantes sont encore trop méconnues et pourtant, elles sont passionnantes. Beaucoup plus adultes, elles abordent des sujets variés, de manière très intéressants.
      Merci pour ton passage !

      Répondre
  2. Amandine

    Ah je vois que, toi aussi, tu as consacré un article à la récurrence de ce thème dans la BD! Cela me permet de prendre connaissance de nouvelles références! 🙂
    Vu que tu aimes beaucoup Guy Delisle aussi, je ne sais pas si tu as vu, mais il a contribué à un ouvrage sur la Palestine dans lequel il narre la visite qu’il a fait avec l’ICHAD. Au cas où, je te mets le lien: http://www.guydelisle.com/bd/pour-les-palestiniens/

    A bientôt! 🙂

    Répondre
    • Charly

      Ah non je savais pas pour Delisle. Merci pour le lien !
      J’avais pas vu que tu avais aussi consacrer un article sur ce sujet. Je vais aller voir ça ! =)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.