Nous patientons un peu devant l’église de Saint Joseph. Une jolie église aux couleurs d’un ciel d’été qui dénote un peu au milieu de ce quartier abîmé de Mahamasina.
Nous avons rendez vous avec une des sœurs du Centre Fihavanana qui se trouve dans un bâtiment annexe de l’église.

Le Centre Fihavanana s’occupe des personnes démunies sous de multiples actions. A Itoasy, il accueille des filles-mères ou mères célibataires en difficulté les aidant à s’en sortir et apportant un soutient pour leur permettre au bout du compte à réussir à devenir indépendante et à prendre en main leur vie. Le centre de Morondava prend en charge de jeune femme victime de prostitution.
Dans le bâtiment de Mahamasina, où nous nous apprêtons d’entrer, près de 150 enfants des rues sont accueillis pour un soutient scolaire.
Quand nous rencontrons Soeur Annamma qui s’occupe de ce centre depuis près de 10 ans, elle nous explique qu’ici, les objectifs sont nombreux.

IMG_19351
Avec les enfants préscolaires, l’enseignement leur permet de s’adapter aux règles scolaires et de les habituer à la rigueur de l’étude pour les préparer à leur entrée en école publique. Mais derrière cette optique se cache un combat plus difficile. En acceptant d’accueillir les enfants, le centre demande en retour aux mères de se procurer leur actes de naissance. En effet, la quasi totalité des enfants des rues, n’ayant pas d’acte de naissance, sont dans l’incapacité d’être accepter dans une école. A travers ce groupe préscolaire, le centre oblige les mères à faire les démarches nécessaires pour une bonne continuité de la scolarité.

IMG_19301
Les sœurs nous font entrer dans cette classe préscolaire où une petite dizaine d’enfants se lève de leurs bancs en bois et dirent a l’unissons, en français, « Bonjours mesdames ». Puis la sœur qui s’occupe de l’enseignement de la classe leur fait réciter une chanson. Chacun s’y emploie avec sérieux.

Le niveau supérieur regroupe des enfants légèrement plus vieux qui apprennent entre autre l’écriture, la lecture et les mathématiques. Ces classes ont pour objectif de remettre à niveau un enfant en échec scolaire pour lui permettre de reprendre le cours de sa scolarité.

 

IMG_1936

Le dernier groupe que nous visitons correspond à la classe féminine où sont enseigner les langues, la couture, la cuisine mais aussi des cours d’Eva (éducation à la vie et à l’amour) qui vise à les sensibiliser aux dangers tel que la grossesse précoce ou à la gestion de l’argent.
Après un tour de table, chaque fille nous parle de ses rêves futurs. Leur français est bon. Certaines veulent devenir fonctionnaires, d’autres coiffeuses, traductrices ou même couturières. L’un d’entre elle dit vouloir faire bonne sœur. La sœur qui nous accompagne éclate de rire en lâchant, « elle dit ça pour se moquer de moi« .

 

IMG_19421

Après la visite des classes nous montons dans les bureaux où nous pouvons admirer les broderies faites par les femmes. Sœur Annamma nous explique que le centre accueille les enfants durant une année avant de les inscrire dans une école publique. Certains de ces enfants sont suivis par un système de parrainage et iront même jusqu’au BTS, voir même l’université. Aujourd’hui près de 70 enfants sont parrainés grâce au centre. Le centre suit en détail chaque enfant, tient un carnet des dépenses, récupère une copie du bulletin scolaire qui sera également transmit au parrain.

Le centre Fihavanana possède également une cantine pour les enfants et depuis peu possède même un cabinet dentaire disponible gratuitement pour les enfants et à un prix dérisoire pour les nécessiteux. On nous explique que tous les matériels dentaires sont le don d’un dentiste parti a la retraite.

La visite des lieux s’achève. Nous quittons les lieux, la tête encore pleine des chants des enfants et de questions sur notre engagement futur pour le centre.

A propos de l'auteur

2 Réponses

    • Charly

      L’entreprise où je travaille va participer sous forme de don et moi, personnellement, je vais parrainer un enfant. =)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.