Dehors le temps est gris. Je me réveille doucement après cette nuit dans le taxi brousse. Mes jambes sont engourdis et mon estomac est brassé par la conduite trop brusque du chauffeur. Le soleil peine à faire sa place dans le ciel nuageux. Le sol est boueux, il fait un peu froid et humide. Mon premier regard sur la ville fût marqué par une légère lassitude et déception. Alors c’est ça Fianarantsoa ? A ce moment là, je ne savais pas que j’allais vivre mes plus fortes expériences à Madagascar.

 

Fianarantsoa, quésako ?carte_madagascar_fianarantsoa_journal_evasion

Capitale betsilio, Fianarantsoa signifie « la ville où s’apprend le bien ». Située dans le sud est de Madagascar, elle est loin d’être l’attraction touristique numéro 01 du pays. Ne bénéficiant ni d’un temps extraordinaire, ni de l’attrait de la mer, Fianarantsoa est plus une ville de passage. Passage tout de même loin d’être totalement désagréable.

 

Comment y aller ?

Par la route ! La RN7 relie Tana à Fianarantsoa en environ 400km et il faudra près de 9h pour parcourir la distance.

Les taxi brousse proposent le voyage aussi bien de jour, que de nuit pour environ 25 000 ar (soit environ 7 euros).

 

Fianarantsoa ville.

Fianarantsoa n’est pas une ville où l’on s’attarde. Néanmoins, elle mérite qu’on s’y perde le temps d’une journée ensoleillée. Ses multitudes d’églises en font un pole religieux assez important sur l’île rouge. La ville ne possède pas un centre ville tel quel. Elle se divise en deux avec la « ville basse » où l’on trouvera entre autre la gare ferroviaire et la « ville haute ».

La « ville haute » propose de magnifiques points de vue avec des belvédères donnant sur tout Fianarantsoa. Il est possible de s’y rendre en bus ou en taxi.

 

Et ses environs.

Je disais que Fianarantsoa était une ville de passage et pour cause ! Autant la ville en elle même n’apporte pas beaucoup d’attrait autant ses alentours ont beaucoup à offrir faisant de Fianarantsoa un excellent point de chute.

TCE_madagascar_journal_evasion01

Le train pour Manakara.

Le FCE est l’un des rares trains encore en fonctionnement sur la grande île, reliant Fianarantsoa à la Côte Est. Au départ train de marchandise, unique lien pour les petits villages d’entre les terres, il y a aujourd’hui des wagons pour les passagers, ouvrant alors une porte au tourisme.
Article complet ici.

Ranomafana et son parc.

Ranomafana est logé au fin fond d’une vallée aux couleurs verdoyantes. La météo est souvent désastreuse par une pluie (beaucoup trop) fréquente. Mais un mal pour un bien, c’est grâce à cette abondance d’eau que Ranomafana prend tout son intérêt. Outre le parc de Ranomafana, énième parc naturel de Madagascar, démontrant une fois de plus les richesses de la faune et de la flore, Ranamafana possède également des sources d’eau chaude.

Taxi Brousse: 3 000 ar (moins d’un euros) depuis Fianarantsoa.

Ambalavao.

Un peu en reclus, Ambalavao est une étape intéressante pour ceux qui veulent s’enfoncer un peu dans la campagne betsilio. La petite ville possède des moyens de transports pratiques, notamment les tuk-tuk avec des prix fixes par personne (et non par trajet), moyen agréable de parcourir le lieux sous ses maisons à varangues.

Pour les téméraires, il est possible de découvrir le vin de la région, l’un des plus reconnu… Gloups !

Mais le rendez-vous à ne pas louper est le marché de zébu ayant lieu tous les mercredis.

Taxi Brousse: 2 000 ar (moins d’un euros) depuis Fianarantsoa.

Le marché de zébus à Ambalavao

Le marché de zébus à Ambalavao

Parc d’Andringitra.

Ambalavoa attire surtout pour son parc national juste à sa porte. Le Parc d’Andringitra fait partie des parc les plus emblématique du pays par sa richesse géologique. Lémuriens, oiseaux, plantes endémique, pour tous les amoureux de la faune et de la flore.

Sahambavy.

Tous les amateurs de thé auront surement déjà noté ce nom dès leur arrivée à Madagascar. Le thé Sahambavy est le thé du pays ! La réputation n’est plus à faire. Des plantations de thé à perte de vu et avec la possibilité de les visiter !

Taxi brousse: 2 000 ar (moins d’un euros) depuis Fianarantsoa.

 

 

A propos de l'auteur

6 Réponses

  1. Holy

    Fianarantsoa… j’aime cette petite ville… maman y a passé un bout de son enfance. Je m’y suis arrêtée petite une fois et bien que mes souvenirs soient flous, je crois que je l’ai aimé. Puis plus grande, j’y suis retournée avec maman. Une telle émotion… Je ne commente pas beaucoup mais à chaque fois que je te lis j’ai un peu de Madagascar qui revient dans ma tête et mon coeur. Merci 🙂

    Répondre
    • Charly

      Merci pour ton commentaire. Je suis vraiment ravie de savoir que mes articles peuvent avoir une résonance particulière pour toi..

      Répondre
    • Charly

      L’avantage de voyager la nuit, c’est de gagner un peu de temps car les voyages sont souvent bien trop long et peut facilement faire perdre une journée complete… =)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.