Un mois !
Je me rends compte que ça va faire plus d’un mois que je n’ai rien reposté. Il faut dire, que ce séjour en France a tellement été dingue que j’ai difficilement pu me poser cinq minutes, ne serait ce que pour faire un tour sur la blogosphère.

Après un an à Madagascar, bien que chaque jour gardait son lot de surprise, je pense pouvoir dire que je commençais doucement à m’habituer au quotidien sur l’île. J’avais intégré une bonne partie des habitudes et j’ai déjà une bonne vision d’ensemble de la culture du pays, tout cela faisait partie de ma vie de tous les jours. Mais voilà, que j’ai l’occasion de retourner en France pour 2 mois et la transition n’a pas été aussi rapide que je ne le pensais.

Je vais déjà passer outre le fait de passer de 35° à -2° et de devoir relaver pull et manteau qui sentent la poussière après leurs longs mois enfermé dans un carton.
Puis, crise d’hypothermie passée, il m’a fallu peu de temps pour apprécier le sentiment de bien être et de sécurité quand mon bus qui a pris l’autoroute pour Lyon. Attends, on frise les 110 km/h et j’ai même pas peur. Exploit.
Et devant, un feu qui fonctionne, j’étais comme une enfant émerveillée par sa première guirlande de Noël. Rouge, orange, vert ! Non seulement ça marche, mais en plus les voitures respectent le code de la route. Je redécouvre la priorité à droite et non la priorité au plus couillu.

Au temps pour moi, j’avais oublié que les règles, ici, on les respecte. Fini la fumette dans les bars et restaurants. D’ailleurs, gare à toi, ô grand délinquant, qui ose jeter ton mégot de cigarette par terre !
Mets ta ceinture, ne téléphone pas en conduisant et ne t’avise surtout pas à glisser un petit billet au policier qui vient te contrôler. Comment oses tu corrompre un policier en uniforme ? Rappelle toi qu’en France tous les policiers sont intègres, c’est bien connu.

Sur les routes, plus d’ambiguïté, si on te klaxonne, c’est, généralement, pour te signer quel connard tu es d’avoir trouvé ton permis dans une pochette surprise, et non pour te dire: salut, merci, de-rien, attention-je-double, c’est-bon-j’ai-doublé, a-toi-de-passer, aurais-tu-l’aimable-gentillesse-de-me-laisser-la-priorité, pousse-toi-de-mon-chemin, tu-veux-un-taxi-?, eh-comment-vas-tu-depuis-la-derniere-fois-qu’on-a-mangé-chez-ta-mère ?

Les routes sont par ailleurs bien plus calmes et propres. Elles me paraissent presque fades. Où sont les poules et les chiens errants ? Ah oui, en enclos. Et môsieur, prenez donc la peine de ramasser les déjections de votre adorable chien à 1000 euros. En France, nos trottoirs doivent rester si propre qu’on pourrait les lécher. Comment ça, nous n’avons pas les bonnes priorités ?

Les cyber sont rares et les marchants ambulants disparus. Mince, je ne peux plus acheter mon pommeau de douche quand je suis coincée dans les embouteillages.
Loin de moi les petites gargotes pleines de charmes, bonjours fast food et café Starbucks à 15 euros.
D’ailleurs, il m’a fallu un certain temps avant de me réhabituer aux prix français. Il est sérieux le gars avec le prix de sa viande ? Il y a pas moyen de marchander un peu ? Vas y, fait moi un prix entre français…
A Madagascar, je convertissais systématiquement les prix en euros pour comparer et voilà que je me surprends aujourd’hui à tout convertir en Ariary quand je veux passer en caisse. Idée forcément mauvaise qui me fait avoir des sueurs froides. Règle n°1: les prix ne sont pas comparables.

Je ris devant la qualité des bananes, litchies, mangues ou autres fruits exotiques de nos supermarchés mais j’ai l’impression de trouver le graal devant nos oranges et clémentines.
J’ai la larme à l’œil devant nos boulangeries et pâtisseries et je déprime devant nos jus de fruit. Oui, parce qu’ici pour un bon jus de fruit naturel, j’ai oublié qu’il fallait faire crédit sur un an. Il me semble, tout d’un coup, si loin mon jus de corossol.
D’ailleurs, personne ne connait le corossol, alors pourquoi, diable, en ferait on un jus ?

J’ai apprécié entrer dans un lieu public sans avoir tous les regards posés sur moi et enfin d’être traité normalement. Ça y est, je faisais partie du paysage. J’ai pu même me remettre au footing sans avoir l’impression d’être une curiosité échappée un laboratoire. O joie.

Mieux encore ! Les grands magasins proposent la wifi gratuit et illimité et on peut même payer par carte sans taper son code. Je suis en pleine science-fiction. (Comment ça, ça existait déjà avant que je ne parte ?)

Mais surtout, je me suis rendue compte, à quel point j’aime ces deux pays.

A propos de l'auteur

14 Réponses

  1. Adeline

    Je lécherais pas les trottoirs de chez nous non plus :p Mais j’ai eu le même ressenti après 6 mois en Afrique pour les voitures et pour les prix ! C’est fou comme on apprécie beaucoup plus son pays quand on y retourne après avoir passé du temps dans des endroits en décalage total !

    Répondre
    • Charly

      Oui, c’est totalement ça. Tous ces petits détails, dont on ne faisait même plus attention, prennent d’un seul coup beaucoup plus d’intérêt !

      Répondre
  2. Zelle

    Manao ahoana 🙂
    J’ai découvert ton blog parce que Aileza a « aimé » ton article sur HC et, curieuse que je suis, je suis venue te lire…
    Quel bel article, et surtout quelle jolie histoire que la tienne. J’ai parcouru brièvement ton blog, j’ai lu ton départ pour cette île dont tu es tombée en amour, chose que je ne peux que comprendre, j’admire ton courage, d’avoir tenu cette promesse, et de vivre une si grande et riche aventure…
    Pour ne pas citer les commentaires plus haut, j’ai beaucoup aimé ton article, qui sans jugement, mais avec humour, exprime finalement ton attachement à deux pays aussi différents que semblable parfois…
    Merci pour ce très beau blog dont je prends déjà beaucoup de plaisir à la lecture (et merci à Aileza si elle repasse, pour cette découverte !) 🙂

    Répondre
    • Charly

      Merci beaucoup pour ton commentaire (et du coup, merci a Aileza par la même occasion) ! Ça fait toujours extrêmement plaisir d’avoir ce genre de retour. J’espère n’être qu’au début de mon aventure, qui est, jusqu’à présent, tellement enrichissante.
      Je vais en profiter pour découvrir aussi ton univers. 🙂
      A bientôt !

      Répondre
  3. Elodie S

    Pour les rues et la route, c’est tellement ça. Je suis revenue à Madagascar pendant 2 semaines pour mes vacances de noël (fête + Antananarivo = mauvais calcul) …et j’avais vraiment l’impression d’arriver sur une autre planète. Typiquement, je gardais tous mes déchets dans ma main ou mon sac car évidemment, il n’y a pas de bac à ordure « utilisable » dans la rue, et mes amis me regardaient bizarrement. Il y en a même une qui a pris mon pot d’yaourt et qui l’a posé par terre comme si de rien n’était…j’avais des sueurs froides en conduisant en voyant les piétons sur la chaussées, personne n’a peur des voitures hahaha. Mais à côté de ça, je n’arrêtais pas de savourer le vrai goût de légumes et des fruits….c’est juste incomparable…

    Répondre
    • Charly

      Ahah ! Tana en période de fête, c’est loin d’être de tout repos ! Du coup, je ne peux que t’admirer d’avoir conduit pendant cette période, je crois ne pas me sentir capable de le faire. Déjà pendant le reste de l’année, je vis ça comme une grande aventure… 😉
      Et oui, les fruits ici, c’est juste fabuleux…

      Répondre
  4. Marie Kléber

    J’aime beaucoup ton article, plein d’humour et d’amour. Ca doit faire un choc de revenir, tant de choses sont différentes. Certaines sont bonnes, d’autres moins. Ce que je retiens, c’est l’absence de jugement et ton attachement à ces deux pays, qui vibrent en toi Charly. MERCI

    Répondre
    • Charly

      Oui, j’ai l’impression d’avoir à faire aux deux extrêmes, où il y a du bon comme du moins bon dans les deux, et ces deux expériences m’apprennent parfois à prendre un certain recul sur les choses que ça soit dans l’un ou dans l’autre pays.

      Répondre
  5. Kenza

    Il est cool cet article, parce qu’il y a un peu d’humour et d’ironie mais pas de critique gratuite, tu fais bien la part des choses et comme tu dis en conclusion on voit que tu aimes les deux pays ! profite bien de ce deuxième mois !

    Répondre
    • Charly

      Merci Kenza ! Oui, deux pays si différents, qui ont chacun leurs hauts et leurs bas, mais que j’apprécie tout deux autant.

      Répondre
  6. Augoyard colette

    Te revoilà sur ton blog, je retrouve tout tes descriptions si juste et cela soupoudrée d’humour, j’attend la suite…………

    Répondre
  7. Anne

    Oui, c’est vrai, c’est quoi le corossol? Moi, je pleurerais plutôt devant nos fruits exotiques congelés-décongelés…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.