Voilà, après près de 3 ans à Madagascar, j’ai vécu ma première agression.
Il y a quelques temps j’écrivais un article sur l’insécurité à Madagascar et j’énumérais 4 points essentiels:
– Ne pas sortir la nuit.
– Ne pas avoir d’objet de valeur.
– Ne pas se déplacer seul.
– Rester sur ses gardes.
Et ce jour la, je dois bien avouer que presque aucun de ses points n’avaient été respecté. Et j’en ai payé les conséquences.

Depuis que j’ai rejoins la capitale, je travaille dans un hôtel. Mes horaires font que soit je commence ma journée très tôt, soit je la fini très tard. Par définition, mon travail fait que je ne peux pas respecter la 1ère règle qui est de « ne pas sortir la nuit » et difficilement la 3ème « ne pas se déplacer seule ».
Ce jour là, je commençais à 5h30 du matin pour le 3ème jour consécutif. Comme à mon habitude, je prends le bus et je continue à pied jusqu’à mon hôtel. A cette heure-ci, le jour n’est pas encore levé et les rues sont encore vides et sombres.
Le même trajet, la nuit, à la même heure, 3 fois de suite, seule et avec un sac. Alors oui, c’est comme mettre une flèche qui clignote au dessus de ma tête pour informer les pickpockets de ma présence.

Et ce jeudi matin, j’en ai fait les frais.
3 gars sont sortis d’une minuscule ruelle sombre et me sont tombée dessus quand je suis passée à côté. Force est de constater qu’ils m’avaient surement repéré et qu’ils m’attendaient.

J’en ai retenu deux choses:  C’est qu’ici, ta sécurité, il n’y a que toi même qui peut te la fournir. Impossible de compter sur l’aide des passants qui continuent leurs chemins comme s’ils ne voyaient rien, ou sur la sécurité du coin qui ne bougent pas de peur des représailles, encore moins de la police qui te dit: « pas besoin de porter plainte, parce que ça fera beaucoup de paperasse et de toute manière on les retrouvera pas ».
Et que non: ça n’arrive pas qu’aux autres.

Alors oui, se faire agresser par des pickpockets, ça peut arriver partout. Mais il faut se rendre à l’évidence que le risque est plus grand à certains endroits. J’avais beau savoir que la grande majorité de mes collègues s’étaient déjà fait agresser en venant ou en rentrant du boulot. J’avais malheureusement tendance à croire que mes précautions étaient suffisantes.

Ce que ça va changer dans mon quotidien ? Pas grand chose à vrai dire… Il faut travailler et jusqu’à ce je trouve un autre travail avec des horaires de jour, je vais devoir continuer à sortir très tôt le matin ou très tard le soir. Cette agression a eu, au moins, l’avantage de me rappeler la 4ème règle qui est de rester sur ses gardes et donc de prendre les mesures adéquats

A propos de l'auteur

6 Réponses

  1. Irene

    Est-ce que tu dirais que ce type de risque est vraiment plus important à Tana, ou c’est un peu partout ? Je pars à Madagascar un mois et demi (je pars le 13 octobre), et j’avais dans l’idée d’éviter la capitale elle même qui n’est pas mon objectif premier. Je dois rejoindre un ami à Toliary dans le sud ouest, je vais donc probablement faire la RN7 en solo avec deux ou trois étapes pour souffler un peu (en solo, tout est relatif donc vu le nombre de passages dans les transports). J’aurais souvent mon sac à dos sauf quand il pourra rester en sécurité dans un hôtel, autant dire qu’il y aura un minimum un appareil photo et un téléphone.. Bref je ne pourrai pas respecter toutes ces consignes je pense. Mais j’essaie de me renseigner quand même. L’appareil photo est mon gros questionnement, j’ai vraiment envie de faire un petit reportage sur ce voyage, en même temps un réflex c’est voyant…

    Répondre
    • Charly

      Bonjour Irène !
      Comme je le dis dans l’autre article sur l’insécurité, elle n’est pas la même à Tana qu’en campagne. Se faire agresser par « des pickpockets » est moins risqué en campagne, mais le danger est ailleurs (je te conseille mon article sur les dahalo).
      N’ai pas de crainte sur ton appareil photo quand tu seras sur les routes. A Tana, je te déconseille de le sortir dans les rues mais en dehors ça ira. Je ne te dis pas que c’est sans risque, mais pas plus risqué qu’en France par exemple.
      Pour ton sac dans les hôtels: choisit bien tes hôtels alors ! Tous ce qui est objets de valeurs mets les dans les coffres forts des chambres ou s’il y en a pas, garde sur toi, ça sera toujours plus en sécurité que dans la chambre.
      Concernant ton voyage en solo, ça sera une belle aventure, surtout que je vois que tu prends le choix du taxi brousse ! Je te recommande les voyages de jours, surtout si tu fais des haltes en route. Déjà ça te supprime le danger des « dahalo » et des attaques de taxi brousse et surtout tu vas pouvoir profiter du voyage et faire chauffer l’appareil photo !

      Quoiqu’il en soit, l’insécurité à Mada, elle existe bel et bien, mais il ne faut pas psychoter non plus. Surtout en dehors de la capitale (soit peut être un peu plus vigilante avec ton appareil à Tuléar). Profite vraiment bien de ton séjour et si jamais tu veux boire un verre dans ton court passage à Tana, ça sera avec plaisir !

      Répondre
  2. Anne

    C’est moche. Et trois gars qui t’agressent, ce ne sont pas des pickpockets (pour moi, ces derniers agissent à ton insu), là, tu te prends en plus le contact visuel et physique… C’est une épreuve marquante, sans aucun doute.
    Bon courage!

    Répondre
    • Charly

      Oui, c’est vrai que techniquement ce ne sont pas des pickpockets. Mais j’ai pris l’habitude qu’ici, pickpocket englobe autant ceux qui te pique en douce le téléphone dans la poche que celui qui te menace avec t’agresse physiquement pour ton sac.
      C’est vrai qu’au bout de 3 ans ici sans incident, j’ai eu tendance à baisser ma garde.
      Merci Anne en tout cas pour ton commentaire !

      Répondre
  3. Itinera Magica

    Je découvre ton blog avec cette histoire terrible… je suis désolée de te savoir dans de telles conditions d’insécurité et j’espère vraiment que tu pourras changer les choses pour te créer plus de tranquillité d’esprit 🙁

    Répondre
    • Charly

      Pour l’instant, l’amoureux m’accompagne au travail tous les matins, mais c’est sur qu’on réfléchit à des solutions.
      Mais je connaissais les risques de mon comportement… J’aurais du chercher des solutions avant que ça arrive normalement..
      A bientôt !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.