Dehors, de plus en plus de monde porte des masques. Certains décident même de quitter la ville. Les ventes de Cotrim ont explosé. Les pharmacies ne suivent plus les demandes et tombent en rupture. Les marchés noirs en profitent. Tout le monde n’a plus qu’un mot à la bouche. La peste.

La peste, Madagascar connait. Chaque année, depuis maintenant 37 ans, à la même période, c’est la même rengaine: signalement de cas de peste. Et l’année 2017 n’y échappe pas. Les journaux en parle une première fois en Aout dans un coin d’une page, les lecteurs parcourent l’article des yeux et tournent la page.
Pourtant rapidement, la tournure devient différente. Les jours passent et le sujet de la peste se rapproche d’avantage de la une, l’article se fait de plus en plus long, le nombre de victime aussi.

Et c’est, entre autre, dans le terme médicale, qui parfois n’interpelle que peu de monde, que l’on trouve la différence. Chaque année, c’est la peste bubonique qui fait surtout parler d’elle, pourtant aujourd’hui, l’attention se porte davantage sur la peste pulmonaire.
Ce qu’il faut savoir, c’est que la peste pulmonaire est la forme hautement contagieuse et très virulente pouvant tuer en moins de 24h.

Alors que le 1er cas a été détecté à Tamatave, une ville côtière, il y a un mois, aujourd’hui la peste pulmonaire s’est déjà étendu à 20 distincts sur les 22 du pays. Malgré un gouvernement qui tente de laisser penser qu’ils maitrisent la situation et que les contaminés sont sous contrôles, la panique s’est déjà emparée du pays. Tout le monde se rue dans les pharmacie pour acheter la Cotrim et les médecins peinent à rappeler les risques de l’auto-médicalisation. Les boites apparaissent aujourd’hui aux marchés noirs, les prix montant à 5 fois son prix d’origine.

Alors que depuis un mois, les journaux parlaient du début de l’épidémie avec une victime de temps en temps mais où tout semblait encore très loin. Depuis le 28 septembre, le ton est monté d’un cran quand en une journée seulement, la capitale enregistre 3 décès et parlent de plusieurs personnels hospitaliers contaminés.
Le 30 septembre, l’Etat annonce que toute manifestation et regroupement est interdit jusqu’à nouvel ordre et certaines écoles et universités décident de fermer leurs portes le temps que l’épidémie soit maitrisée.
Les équipes s’affrontant à l’occasion de la Coupe de Basket de l’Océan Indien ont du jouer avec des tribunes vides ce week end.

A savoir que la peste, principalement bubonique, apparait chaque année vers le mois d’octobre à Madagascar, qui reste encore aujourd’hui le pays du monde le plus touché. Il est dit que la peste et une maladie qui nait de la misère. Transmise le plus souvent par la piqure d’une puce issue d’un rat pesteux, le manque d’hygiène des villes et le mauvais traitement des ordures sont à montrer du doigt.
Et malgré ce début d’épidémie alarmant, les villes peinent à assainir leurs rues, hormis quelques pauvres campagnes de désinsectisations ou de désinfections dans certains lieux publics.

A ce jour, le nombre de décès auraient dépassés les 30 victimes dont la plupart à la capitale pour ces derniers jours et plus d’une centaine de contaminés. Parmi les victimes une petite moitié serait due à la forme bubonique et la grande majorité à la forme pulmonaire.

Aujourd’hui, difficile à dire jusqu’où l’épidémie ira et si les mesures prises par le gouvernement et par le système de santé arriveront à stopper à temps les risques de contamination.

A propos de l'auteur

2 Réponses

  1. Adeline

    Mais quelle horreur ! Je ne savais pas du tout qu’elle revenait tous les ans, le simple fait de dire le mot « peste » pour désigner la maladie comme étant encore active aujourd’hui me choque… C’est fou de se dire, en sachant que c’est une crise qui revient chaque année, que le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires pour endiguer le phénomène…
    Fais attention à toi !

    Répondre
    • Charly

      Oui c’est sur ! Visiblement, cette crise chaque année est aussi du à une tradition d’ici qui est le retournement des morts. Donc chaque année, la peste revient à la même periode qui correspond à la période du retournement des morts et le début de la saison des pluies. Cette année, c’est la capitale la plus touché et l’épidémie provient pour une bonne partie de la peste pulmonaire, c’est pour ça qu’elle inquiète beaucoup plus…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.