A Madagascar, beaucoup de voyageur ont tendance à snober la gastronomie malagasy, la trouvant le plus souvent répétitive voir même inexistante. Car malheureusement, pour la plupart, un grand bol de riz accompagné par deux trois bouts de viande, ça va bien une fois pour dire qu’on a testé mais après on retrouve notre bon vieux steak-frite !
Steak de zébu, of course, histoire de se donner bonne conscience et dire qu’on continue à manger local.

Pourtant la cuisine malagasy a énormément de richesse. Alors, il fallait que je retrousse un peu mes manches et que je commence à aborder le coté culinaire du pays. Et pour ce premier article, je commence par le bas de l’échelle de la gastronomie malagasy (et pourtant la meilleure !), la street food.

Totalement accro, je soupçonne la street food d’être responsable des petits kilos qui s’installent sur mes hanches…
Bien que je comprenne la réticence d’oser se remplir le ventre de street food à Madagascar et de se voir récompenser du trophée de la meilleure tourista de tous les temps, il est fort dommage de passer à côté.
Soit dit en passant, je remercie mon estomac d’accepter sans broncher tout ce que je peux lui donner. Mais sinon, il faut aussi savoir qu’il y a certains restaurants tout à fait safe niveau hygiène qui reprennent quelques street food malagasy et qui peuvent servir de bon intermédiaire pour ces découvertes.

A noter que le street food peut beaucoup changer en fonction de la région mais ici, je vais retracer les traditionnels que l’on retrouve un peu de partout. Alors prenez votre sacoche, quelques ariary en poche et laissez vous guider par les odeurs des coins de rue pour découvrir des saveurs typiquement locales !

Les Mofo dans tous leurs états !

mofo_gasy_street_food_journal_evasion

Mofo, signifie « pain » et est employé pour tout ce qui est a base de farine en partant du pain basique, en passant par les beignets et pour finir par les gâteaux.

Ainsi, nous trouvons les mofo anana (beignet de brèdes), les mofo sakay (beignet de poivrons) et les variante sucrée comme le menakely, le mofo bol, le balamboy (à base de farine de manioc) et le savoureux mofo akondro (délicieux beignet de banane). Et bien sur, c’est sans oublier les incontournables de la street food malagasy, les mofo gasy (photo)et ramanonaka.
Seulement a 200 ariary (5 cts d’euros !), ces mofo se trouvent à chaque coin de rue, exposés le plus souvent dans une petite vitrine en verre.

 

Cafe, dite !

IMG_2320

Les mofo s’accompagnent souvent par une petite tasse de café ou dite (de thé). Dans les rues, des vendeurs ambulants transportent un sac ingénieux regroupant tout le nécessaire pour sortir un café ou un thé chaud à la minute sur le trottoir. Ils versent le café dans une petite tasse, une cuillère de lait concentré, un peu (trop) de sucre, tout ça dans un habile coup de main. Le café minute coutera lui aussi, pas plus que 200 ariary (5 ct d’euros).

 

Koba, KOBA !

IMG_8273

L’une de mes plus grande curiosité de mes débuts au pays fut le Koba. J’ai été longtemps intrigué par cette étrange mixture enroulé de feuille de bananier. J’ose à peine avouer qu’au début, j’ai bien cru que c’était du rôti !
Pâte très sucrée à base d’arachide, le koba a une saveur très typique. Cuit très (très) longtemps, il peut se déguster en tranche ou en portion individuel.
100 ariary la tranche (ça se convertit même plus en euros à ce niveau).

 

Lasopy

IMG_0316

Lasopy, autrement dit la soupe, se fait cuire au fatapera dans de grosses marmites aux bords de route. Un peu de pâte spaghetti, de brèdes, un œuf et voila de quoi se réchauffer lors d’une journée d’hivers.
Dans les gargotes, beaucoup de dérivé de soupe sont également disponibles.

 

Pakopaka et brochettes !

IMG_0317

Le pakopako est une épaisses galette de farine qui s’accompagne parfaitement avec de l’achard carotte et tomate et des brochettes de zébu ou poulet. Parfois parfumé au lait de coco, le pakopako est un pur délice qui éveille ma gourmandise en toute occasion. Typique des bords de mer de Majunga, le pakopako s’est exporté un peu de partout.
500 ariary la galette (10 ct d’euros)

A cette liste pourrait se rajouter beaucoup d’autres comme la patate douce, le manioc, les sambos, le poulet frite, les composés… La street food à Madagascar est très variés et très riche. A chaque coin de rue, un wok d’huile bouillante s’apprête a sortir un beignet tout chaud. Les odeurs s’envolent et retiennent l’attention des gourmandises de passage. Même au milieu de la brousse, un petit étendage proposera quelques en cas a se mettre sous la dent pour quelque ariary.
Une aventure culinaire a découvrir sans jamais se lasser.

Et vous, quel est votre street food préféré ?

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

6 Réponses

  1. MissTexas

    Merci pour cette découverte culinaire, je me suis régalée visuellement et j’adorerais goûter toutes ces spécialités !

    Répondre
  2. Aina

    Bel article … Quel est mon street food favori ? Le mofo mangahazo, t’en as déjà goûté ? un pur délice

    Répondre
    • Charly

      Merci !
      Si mes souvenirs sont bons, le mofo mangahazo, c’est celui à base de manioc ? Si c’est ça, et ben, étonnamment, c’est celui dont j’ai le moins accroché. Surtout que 2 bouchés et je suis déjà voky ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.