Il suffit de survoler 5 min les forum de voyage sur Madagascar pour remarquer qu’un même sujet revient inlassablement, celui de la sécurité. Ou plutôt celui de l’insécurité, devrais-je dire.
Je passe alors en revu les témoignages d’agressions, d’arnaques, d’attrape-touristes et de vols. Je survole les messages haineux des voyageurs malchanceux. Ou inconscients.
Ils témoignent leurs histoires vécues personnellement (ou celle du petit cousin de la voisine de leur oncle).
Je me laisse entrainer par les posts, embarqué par des histoires violentes, par des mots violents derrière lesquels se cachent la crainte et la peur.
Ces mots puissants et forts dégouteraient un aventurier même des plus chevronnés à venir sur l’île rouge. Parce qu’aujourd’hui, les témoignages ont réussit à faire rimer Madagascar avec coupe-gorge.

Mais le « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu » de tout ces grands survivants d’un séjour à Madagascar me fait doucement rire. Presque tout autant que les grands défenseurs de l’île sortant banderoles et pancartes pour démentir toutes accusations: L’insécurité à Madagascar, c’est un peu comme partout. Évidement, nous savons tous à quel point les bandits de grands chemins font rage en France, exactement comme les dahalo ici.
Je pense qu’il est alors primordiale de faire la distinction entre psychose, prudence et inconscience.

Face à la mauvaise connaissance d’un pays, les idées préconçues vont de bon train. Beaucoup utilisent le peu d’informations récoltées sur le sujet pour en faire une généralité. Ainsi, lorsque j’ai annoncé mon départ dans ce pays, certains m’ont reparlé le meurtre des 2 français à Nosy-Be pour illustrer le risque que j’encourais à m’expatrier là bas. Je n’ai jamais bien su quoi répondre à ça, me demandant avec étonnement pourquoi on me ressort un fait âgé de plus de 2 ans. Le meurtre des deux français a marqué les esprits et Madagascar peinera encore quelques temps à décoller cette étiquette.
Mais quelle fut ma plus grande surprise quand on est venu à me parler du danger de l’islam radical. L’état islamiste ? A Madagascar ?

Une chose est sûr, l’imagination tourne à plein régime face à l’inconnu et les généralités tombent bien trop facilement. Mais concrètement, Madagascar et la sécurité, qu’en est il ?

insécurité_madagascar_carte

A en croire la carte du site du Quai d’Orsay, Madagascar est loin d’être le pays le plus préoccupant, pourtant, le pays n’aborde pas le vert non plus. « Vigilance renforcé » ce qui signifie, à en croire le porte parole au Affaires étrangère, « pas exempte de risque mais qui ne s’oppose pas au tourisme ».

Alors, oui, il est évident que Madagascar n’est pas un modèle de sécurité. Mais il faut mettre les choses dans leur contexte. Le pays est touché par la pauvreté, la corruption et par une politique instable.
Quand un côté voit l’insécurité, l’autre côté voit la survit.

Dans la jungle qu’est la capitale, la précarité sévit et toute technique est bonne pour dépouiller le premier venu. Arnaque bien montée, pickpocket habile, le tout est de rester attentif et de mettre sa naïveté au placard. Il faut savoir que le téléphone portable ne sera jamais en sécurité dans le sac et encore moins dans la poche. Alors ne parlons pas du bel appareil photo pendouillant autour du cou. A Tana, tout le monde connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui s’est fait agressée pour bien peu. Quelque soit la véracité du propos, il suffit évidemment de ne pas tenter le diable.

Mais quand on quitte les grandes villes, la préoccupation n’est plus la même. Cette fois, les risques de vols ou d’attaques se cachent généralement sous un autre nom, celui des Dahalo, autrement dit des voleurs de zébus. Et comme leurs noms ne l’indiquent pas, ils ne se limitent pas à voler les vaches à bosse. Agressions armées sur les routes ou même dans certains hôtels, toute cible est bonne pour s’enrichir un minimum.

Ainsi, ambassades et agences de voyages répètent des règles de base très clairs qu’on doit se garder en tête sans répit. Surtout en tant qu’étranger.
Car il ne faut pas oublier que pour beaucoup, le vazaha est synonyme de richesse.

Quoiqu’il en soit, toute personne ayant un pied sur cette terre rouge le sait:
– La nuit tu ne sortira pas.
– Des bijoux de valeur tu ne portera pas.
– Te déplacer seul, tu éviteras.
– Sur tes gardes, tu resteras.
Les dangers varient en fonction de la région, mais les règles restent les mêmes. Un blabla répété mainte et mainte fois pour prévenir les risques, que chaque résident dans le pays, que ça soit pour le court ou le long terme connait et qu’il faut essayer de respecter.

Il est certain que les forums sont une manière efficace de comprendre l’état actuel d’un pays au delà des belles photos de National Géographic et de prendre connaissances des risques que l’on peut croiser. Mais n’oublions pas que notre cerveau aura tendance à enregistrer beaucoup plus facilement des histoires sordides et il est important de ne pas se laisser envahir par les craintes des autres. Le risque étant, une fois sur place, de tomber dans la paranoïa et de paraitre désagréable, encourageant alors les attitudes négatives à notre égard.
L’important est savoir s’adapter au milieu et surtout d’en comprendre son fonctionnement. En adaptant son comportement de manière intelligente, les dangers se réduiront automatiquement.

Une fois que tout est bien assimilé, il suffit de profiter de cet incroyable pays et prendre ce qu’il a de plus beau à offrir.

La petite ville de Belo sur Tsiribihina.

La petite ville de Belo sur Tsiribihina.

S’expatrier, ou même, simplement voyager, pour beaucoup rime avec liberté. C’est ôter ses chaines et abandonner son quotidien confortable pour un inconnu, quitter des codes pour en adopter des nouvelles, pour une aventure et pour des rencontres.

La liberté de voyager doit elle vraiment s’arrêter là où l’insécurité commence ?

A propos de l'auteur

14 Réponses

    • Charly

      Contente de pouvoir t’éclairer. Comme je le dis dans mon autre commentaire, surtout ne psychote pas trop. En dehors de la capitale, il y a peu de risque des vol à l’arracher… Alors surtout prend plein de photo et ne te prive pas ! =)

      Répondre
  1. Adeline

    OMG ! Lyonnaise et en voyage à Mada en plus… Je suis allée sur ton blog direct après ton commentaire ( merci 🙂 ) et c’est vraiment le destin. Je vais à Mada dans 2 semaines, j’imagine que tu y seras toujours ! On pourrait se voir non ? Tu as l’air de bien connaître le pays, ça pourrait m’être d’une très grande aide 🙂

    Répondre
    • Charly

      Ah génial ! Quel est ton programme à Mada et combien de temps tu comptes rester ? Parce que ça tombe plutôt mal, je rentre en France dimanche pour 2 mois. Je serais de retour sur l’île fin Mars.
      Après, si je peux t’aider d’une manière ou d’une autre, j’en serais ravie ! =)

      Répondre
      • Adeline

        Ah trop pas de chance ! J’y arrive fin janvier et j’y reste seulement 12 jours ( en attente d’y revenir à une période climatiquement plus propice ! ). Je pensais faire le sud, Anja et Ranomafana 🙂 Si tu as des conseils n’hésite pas à m’envoyer un mail ! Au niveau de l’insécurité je ne m’inquiète pas trop 🙂 Comme tu dis, il suffit de respecter quelques règles logiques !

      • Charly

        Pas de soucis ! On pourra s’y croiser une prochaine fois alors. 😉
        Passe de bonnes vacances !

  2. Solene

    Merci pour ton article qui est finalement rassurant par rapport aux forums. C’est un pays que j’ai très envie de découvrir mais l’année dernière j’ai préféré aller au Sri Lanka qui me paraissait effectivement plus sur ! Je vais suivre attentivement tes aventures dans ce pays en tout cas !

    Répondre
    • Charly

      Bonjour Solène !
      Le Sri Lanka n’est vraiment pas un mauvais choix non plus ! 😉 Mais j’espère que tu auras une autre occasion de venir à Madagascar car c’est un pays qui a beaucoup à offrir…

      Répondre
  3. Pirritano

    N’en déplaise à certain on risque moins à MADAGASCAR que dans les grandes villes de France ou d’ailleurs Je mi rend tous les ans depuis 2009 pour mes missions humanitaires je n’ai trouver que des gens accueillants, l’insécurité est dans la tête de celui qui a peur de sortir de chez lui. Cela je ne dit pas qu’il ne faut pas faire attention comme partout dans le monde.

    Répondre
    • Charly

      Je ne suis pas complétement d’accord avec toi. Le risque qu’on peut trouver dans certaines régions de France n’est absolument pas comparable avec les risques à Madagascar.
      Comme je le disais, il y a un juste milieu entre la paranoïa et l’inconscience.
      Après qu’il y est de l’insécurité ou non, cela a peu de conséquence sur la sympathie des personnes et je te rejoints sur ce point, à Madagascar les gens sont, de manière générale, très accueillants.

      Répondre
  4. dominique

    Bravo pour cet article qui traite de la peur sous tous les angles et même celui du surmoi… L’éducation nous a formaté à avoir peur de tout sauf de notre incommensurable stupidité et ici on est réellement tous égaux enfin !

    Pour être informés prenons le temps de nous informer avant de juger, alors voici un « pool » d’informations sur les malaso :

    https://sites.google.com/site/barademadagascar/histoire/enseignement/chronique-dahalo

    et bon séjour virtuel en Ibara.

    Répondre
    • Charly

      « L’éducation nous a formaté à avoir peur de tout sauf de notre incommensurable stupidité », je n’aurais pas pu dire mieux.
      Merci pour le lien. =)

      Répondre
  5. fafa expat

    Bonjour! J’ai beaucoup aimé ton article, je suis française d’origine malgache, et la dernière fois que je suis allée à Mada en 2013 tout s’est bien passé, nous avons été tout simplement prudents. Il y a un an nous étions expatriés au Nigéria et nous avions aussi fait face à toutes ces questions d’insécurité (j’en parle sur mon blog), au final tout s’est très bien passé en 3 ans et demi 😉

    Répondre
    • Charly

      Merci pour ton passage. Être informé des risques, c’est déjà de l’insécurité en moins.
      Je viens tout juste de découvrir ton blog qui est un véritable plaisir à lire !
      A très bientôt ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.