Quand on vient à Madagascar, qui eut cru qu’il puisse faire aussi froid ? Même après ces quelques années dans ce pays, j’ai encore du mal à le supporter. Pourtant on est encore loin du niveau des températures hivernale d’Europe…
Quoiqu’il en soit, pendant qu’on parle de canicule en France, ici, les discussions arriveront toutes à un moment ou à un autre à cette conclusion: « Mangasika ! » (Il fait froid!).
D’ailleurs il n’y a ni radiateur, ni cheminé ici dans la plupart des maisons. Et ni pull en laine et écharpe dans ma garde robe. Comme si tout l’hiver n’était qu’un songe et que tout le monde se retrouve surpris quand il arrive.

Aujourd’hui, on est le 14 juillet. Hasard ou pas, la boss m’a donné ma journée de repos. L’amoureux étant au travail, je profite de cette journée off pour prendre du temps, pour moi, me reposer un peu.
Je me suis fait couler un long café, pris un jus de corossol naturel et acheté quelques mofo gasy dans ma rue pour me faire un petit-déjeuner idéal.
Enfin j’ai un peu de temps d’écrire et c’est l’occasion de revenir sur mon quotidien à Madagascar.

Depuis le dernier, il s’en ai passé des choses. Malgré le rythme endiablé du boulot, j’ai pu, quand même, entre-apercevoir l’ambiance de Tana pour le 26 Juin. J’ai participé à un mariage et ai découvert quelques coutumes. Quand notre emploi du temps nous le permet, avec l’amoureux, on continue à découvrir doucement les restaurants de la ville, l’occasion pour nous de se retrouver un peu.
Mais ces derniers jours, j’ai surtout vécu ma 1ère agression qui a eu, au moins, l’avantage de me rappeler les bases de la vigilance à Antananarivo. Alors non, sortir à 5h du matin, à pied, à des heures régulières, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus raisonnable. Leçon retenue… Pour le moment…
Parce que je dois bien l’avouer, la peur passée, la confiance qui revient doucement, c’est difficile de respecter toujours les règles de sécurité qui rendent le quotidien plus lourd.
Aujourd’hui, je n’ai pas oublié que l’agression est possible, j’ai maintenant l’état d’esprit que ça peut m’arrive à tout moment, surtout avec les horaires qui m’impose mon boulot mais je l’ai accepté.

Entre les paperasses à refaire à l’ambassade et les flics qui profitent de la situation pour prolonger les contrôles des papiers en espérant gagner quelques billets de ma part, au final, mon plus gros problème aura été (et est toujours) la perte de mon passeport. Près de 2 mois après le vol, je suis toujours dans l’attente de la régularisation de mes papiers… Peut être ai-je trop regardé Argo, le film de Ben Affleck, mais je m’attendais à un peu plus de réactivité de l’ambassade. A croire que l’esprit du mora-mora est universelle ici…

NB: 5 jours se sont écoulés depuis le 14 juillet. 5 jours où la merveilleuse connexion internet ne m’a pas permis de poster ce nouvel article, ni même de flâner un peu sur internet. Leur excuse étant qu’un câble est coupé sous la mer que ça nécessite une intervention… Les joies de la vie à Madagascar.
Pour revenir à cette journée du 14 juillet, elle s’est fini à la Résidence de France pour le bal populaire organisé par l’ambassade où tous les ressortissants français étaient invités. Danse, bouffe et bière à volonté, de quoi, le temps d’une soirée, oublier tous les soucis du quotidien et d’avoir cette sensation, d’être presque revenu au pays…

NB: Eh ! Pour ceux à qui ça intéresse, j’ai une nouvelle page FB pour Une Vazaha à Madagascar ! C’est par ici que ça se passe ! =)

A propos de l'auteur

6 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.