A l’est de la côte de granit rose dans les côtes d’Armor, Plougrescant fait partie des communes les plus septentrionales de la Bretagne. Terre de marin, le nom signifie en breton « paroisse qui croît ». Si je devais décrire la Bretagne en un lieu, ça serait celui ci, violant, fort en caractère et pourtant à la fois fragile et plein de charme.

 

Il est à peine 8h du matin quand on arriva à Plougrescant. Le village nous accueille de sa chapelle à l’allure courbée. Elle retient notre attention un instant, on a devant nous la chapelle de Saint Gonéry avec sa flèche de plomb penchée comme une promesse d’un village plein de surprises.

plougrescant_journal_evasion4

On ne tarde pas à prendre la route du littoral et on se dégote un parking désert dans le village encore endormi. On est à Porz Hir, front de mer de Plougrescant, qui nous offre alors son magnifique paysage tortueux. Face à nous une mer calme, blessée par les blocs rocheux perçant l’horizon, berce doucement les bateaux amarrés.

 

A quelques mètres, un petit port de pêcheur se dresse modestement. Les petites embarcations colorées et tape-à-l’œil contrastent avec la teinte grisaille du décor. Un pêcheur solitaire dans sa combinaison jaune arrive, un léger signe de tête poli aux deux curieux bien matinaux qu’on est et il s’empare de l’une de ces petites barques avant de se diriger vers la mer. Seul le son de l’embarcation, roulant le long de la berge, brise le silence du lieu et on regarde, sans un mot, le pêcheur s’éloigner en ramant pour atteindre son bateau.

plougrescant_journal_evasion1

Quelques maisons longent le petit port, cohabitant avec ce paysage rocheux. Elles sont de ces maisons typique que l’on peut voir en Bretagne, en pierre et aux fenêtres et aux portes de couleurs vivent. Architecture unique qui n’est pas innocent dans le charme des villes bretonnes.

C’est un peu plus loin qu’on peut voir le gouffre. Une gueule béante où s’engouffre, parfois avec violence, la mer. Ce sont deux pans de la falaise qui se sont effondrées, il y a des années de cela, et qui laissent aujourd’hui cette cicatrice au paysage.

Mais Plougrescant est aussi connu pour Castel Meur, petite batisse construite en 1861. Dans un panorama qui nous témoigne la colère des éléments par toutes ces roches profondément marquées par l’érosion et la violence des intempéries, elle nous apparait comme un hameau de calme et de paix. Isolée et bien ancrée dans ses deux blocs de granit, elle se dresse là comme une provocation, un défi à tous ces éléments.

Vous voulez vous aussi découvrir des merveilles de ce littoral ? Vous pouvez profiter du sentier des douaniers qui vous guidera vos pas à travers ce paysage.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.