Quelle fille n’a jamais du essuyer les remarques machistes des hommes ? Qui n’a pas connu le dragueur pot-de-colle qui pense sérieusement arriver à son objectif armé de ses répliques à la lourdeur légendaire ?
Et encore, je passe sur les sifflements dans les rues, les voitures qui klaxonnent accompagné du fameux clin d’œil du conducteur et les mains baladeuses dans un métro trop bondé. Un bon nombre de situations gênantes et agaçantes qui fini par relever de l’habitude. Finalement, on peut dire que c’est entré dans les mœurs.
Les femmes s’en accommodent et les hommes ne s’en rendent pas compte.

Les crocodiles 3

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

Mais quand Thomas Mathieu prend conscience de ces situations, il décide de monter un tumblr pour son Projet Crocodile où il va illustrer un bon nombre de témoignages sur le sexisme de tous les jours sous forme de strips.
Alors que les femmes gardent une apparence réaliste dans le dessin, les hommes sont dessinés en tant que crocodiles, facilitant alors une identification féminine. Cette différence dans l’approche renforce au final le décalage entre les deux sexes et les hommes sont tous vus comme des prédateurs potentiels.

En mettant en avant ces histoires quotidiennes, voir même anodines, il veut faire prendre conscience aux lecteurs que, non, tout ça n’est pas normal. Il donne parole aux femmes [mais aussi aux hommes] qui subissent ce sexisme en montrant l’anormalité d’un comportement qui ne choque plus personne, mais aussi ses conséquences. Car systématiquement, ces actes laissent un malaise que la victime garde le plus souvent pour elle.

Les crocodiles 5

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

Sexisme… Sexisme… Tout de suite les grands mots. Mais entre nous, si elle ne veut pas se faire héler, il lui suffit de faire attention à sa tenue ! Voyons, sortir en jupe courte dans les rues, c’est le chercher un peu.
Évidemment!
Vouloir plaire [à soi comme aux autres] ne doit pas faire partie du lot féminin. C’est bien connu, on dit qu’un homme qui veut plaire est un Don Juan admiré par les autres et les femmes qui essayent de plaire sont des salopes.
Et c’est exactement sur ce genre de situation que Thomas Mathieu tape le point. Aucune femme ne devrait être coupable de sa façon de s’habiller.


« Ce que j’ai ressenti: la honte d’être saoule, la culpabilité d’être sexy. » Extrait d’un témoignage recueilli par Thomas Mathieu.

Les crocodiles 6

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

C’était un exemple parmi tant d’autre sur cette incompréhension installée entre les hommes et les femmes. Il y a une véritable différence de ressentit dans les deux camps où l’un ne se rend pas compte comment un acte le plus banal peut blesser l’autre.
Projet Crocodile est donc là pour dénoncer, pour montrer du doigt ces situations dans l’espoir d’une certaine prise de conscience chez ses lecteurs.

Les crocodiles 2

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

Le 25 novembre a lieu la Journée internationale de lutte contre la violence faites aux femmes. Dans ce cadre, la ville de Toulouse veut organiser une exposition dans les rues de planches en rapport à ce sujet. La difficulté dans les relations hommes-femmes étant intelligemment illustrée par Thomas Mathieu, il est naturel qu’on se soit intéressé à lui.
Et la polémique commence quand on apprend qu’il ne fera finalement pas partie du projet. Rapidement on crie à la censure de l’art ! Abomination !
On dit même qu’une représentante de la ville aurait qualifié cette bande dessinée de choquant et vulgaire ! Aïe ! Mots dures pour les victimes de ces témoignages dont leurs mésaventures resteront encore un peu dans l’ombre car peu conforme au socialement correct.
Mais quand on creuse un peu plus, le mot censure cache finalement juste un simple abandon de projet. Oui, l’intention c’était porté sur Projet Crocodile, comme sur plein d’autres œuvres, mais n’a été retenu pour diverses raisons.

Les crocodiles 4

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

Toujours est-il qu’aujourd’hui Thomas Mathieu a capté l’attention d’un éditeur qui lui a permis de sortir son Projet Crocodile sur papier début Novembre.
Alors censure ou simple abandon de projet, quoi qu’il en soit, les crocodiles ont crée la polémique et ont fait beaucoup parlé d’eux. Un joli coup de pub pour Thomas Mathieu et sa bande dessinée fraichement arrivé en librairie. Au final, il tient un peu sa revanche en sortant complètement de l’ombre grâce à l’intérêt que tous les médias ont porté sur lui.

Les crocodiles 1

© Thomas Mathieu / Extrait d’un témoignage.

A propos de l'auteur

7 Réponses

  1. Melgane

    Je trouve que c’est une idée intéressante, le problème c’est que dessiner tous les hommes en crocodiles (j’entends par-là même ceux qui ne disent ou ne font rien de spécial) je trouve ça un peu moyen.

    Répondre
    • Charly

      Je crois qu’il s’est lui même posé la question. Pour lui le crocodile représente l’image du sexiste, du machisme et de la virilité. Une femme qui croise un homme dans la rue ne sait pas à qui elle a à faire et dans cette optique, tous les hommes sont des prédateurs potentiels.
      Ça me rappelle un strip où, cette fois, c’est l’homme la victime pourtant il reste en crocodile. Après, ça reste un parti pris de l’auteur.

      Répondre
  2. Marie Kléber

    Belle découverte pour moi aussi. Oui en effet il faut en parler car ces situations sont inadmissibles. D’une manière générale on culpbalise encore beaucoup trop les femmes, laissant les hommes mal se comporter sans les impliquer.
    Il est temps que ça change. Je pense que cette bande déssinée est d’autant plus intéressante qu’elle est écrite par un homme qui défend les femmes. Cela montre bien que le féminisme n’est pas affaire de femme, mais bien un mouvement qui implique la participation des hommes et des femmes pour faire évoluer les mentalités et oser le changement.
    Merci encore Charly!

    Répondre
  3. Amandine

    J’ai oublié de demander : y’a t’il un endroit où s’inscrire pour recevoir les updates de ton blog par mail? J’ai cherché partout sans trouver… Merci!

    Répondre
  4. Amandine

    Je ne connaissais pas du tout ce Tumblr! Moi qui suis très sensible à ces questions et, en ce sens, une féministe chevronnée, je te remercie de m’avoir permis de découvrir ce Thomas Matthieu! C’est important que les hommes (et ce dessinateur arrive à point nommé) s’allient aux femmes pour lutter contre le harcèlement de rue, et autres actes sexistes devenus tellement ordinaires!
    J’avais lu cet article très célèbre de Diglee sur la question, qui avait fait sa part de job dans l’éveil des mentalités (http://diglee.com/stop-harcelement-de-rue/).
    Et puis le sempiternel argument sur la façon de s’habiller qui permet de déculpabiliser les hommes et les coupables pour faire porter la responsabilité sur les victimes, cette culture du viol, c’est tellement à vomir…!
    Il y a tellement à dire sur ce sujet! En tout cas, je mets ce Tumblr en favori!! 🙂

    Répondre
    • Charly

      Oui, je pense aussi que ce tumblr a d’autant plus de force que c’est un homme qui le tient. Et cette polémique a permis de le sortir de l’ombre et ça, je trouve que c’est une excellente chose. Ravie d’avoir pu te le faire découvrir.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.